Cliquer sur le logo pour accéder au site Fédération Service Public CGT
Cliquer sur le logo pour accéder au site Fédération Service Public CGT

____________________

 

Coordination Syndicale Départementale CGT Des Services Publics d’Indre et Loire Actifs et Retraités

____________________

 

Champ Professionnel Fédéral : personnel actif et retraité des communes, départements, régions, sapeurs pompiers, OPHLM, Préfectures et Secteur privé de la thanatologie, des eaux, des organismes HLM, ...

______________________

 

CSD CGT 37

 

18, rue d l’Oiselet 37 550 SAINT-AVERTIN

 

Dominique :

06 33 94 21 97

 

Courriel : csdcgt37@gmail.com

____________________

_______________________

Prochaine Coordination Syndicale Départementale le lundi 17 Décembre 2018, 9h à Saint-Avertin.

Élections professionnels 6 Décembre 2018

Pourquoi voter CGT !?

La CGT, 1ère organisation syndicale à la SNCF !

Arrivée 1ère organisation syndicale avec 34,02% des voix tous collèges, la Fédération CGT remercie l’ensemble des cheminotes et cheminots qui lui ont renouvelé leur confiance. Elle appelle d’ores et déjà les cheminots à rester mobilisés dans les semaines et mois à venir, afin de défendre leurs conditions de travail et de vie, pour le maintien et le développement du service public SNCF.

 

Malgré la baisse des effectifs et l’évolution des modalités de vote (vote électronique), qui a été un obstacle à la participation des agents (-1,96% au global), la Fédération CGT remercie l’ensemble des cheminotes et cheminots qui lui ont renouvelé leur confiance en la plaçant 1ère organisation syndicale avec 34,02% des voix tous collèges, soit plus de 10 points devant la 2ème (UNSA avec 23,96%).

 

 

Alors que les évolutions des effectifs et de la participation par collège auraient pu amener une recomposition profonde comme le souhaitaient la direction et le Gouvernement, il n’en n’est rien. La Fédération salue l’engagement sans faille de ses militant-e-s qui ont œuvré avec conviction à conforter la CGT comme 1ère organisation syndicale en étant au plus proche de leurs collègues au quotidien. Cette dernière appelle d’ores et déjà les cheminot-e-s à rester mobilisé-e-s dans les semaines et mois à venir afin de défendre leurs conditions de travail et de vie, pour le maintien et le développement du service public SNCF.

 

 

Et si on faisait de même !

Lisez le rapport CAP 22 ... ou pas.

Rapport gouvernemental CAP 22
Les préconisations du Comité action publique pour une réforme de l’administration, ça va faire mal !
Rapport_cap22.pdf
Document Adobe Acrobat 3.9 MB

le Ptit Territoriale Mai/Juin 2018

Télécharger ici le dernier Ptit Territoriale
Ptit Territoriale MaiJuin 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB

Journée de grève et de manifestations pour la défense de la Fonction publique

22 Mai : l’heure est à la mobilisation générale, 10h Place de la Liberté !

Communiqué journée de mobilisatin du 22 mai 2018
22_05_18_-_communique_journee_de_mobilis
Document Adobe Acrobat 137.4 KB
Retour sur la manifestation du 22 mai 2018
manif_fp_22_mai_2018.pdf
Document Adobe Acrobat 67.1 KB
Tract Local
Tract_Services_Publics_22 mai 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 193.4 KB
Tract intersyndicale
appel 37 22 mai Fonction publique.pdf
Document Adobe Acrobat 468.4 KB
Tract syndical national
Tract intersyndical.pdf
Document Adobe Acrobat 589.0 KB
Tract fédéral
tract-fp-22mai2018.pdf
Document Adobe Acrobat 211.7 KB
Tract intersyndicale national
intersyndicale_fonction_publique_du_3_ma
Document Adobe Acrobat 239.9 KB

19 avril : journée de convergence des luttes !

19 avril : journée de convergence des luttes !
19_avril__2_.pdf
Document Adobe Acrobat 1.4 MB

Gréve nationale le 22 Mars 2018, 10h Place de la Liberté à Tours !

Rassemblement cours intérieur de la mairie de Tours à 9h avant la manif pour ceux qui le souhaitent. (Plus d'infos ci dessous)

Tract local UD CGT 37 pour le 22 Mars 2018
Tract cgt 22 mars 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 71.4 KB
Tract intersyndical 22 03 2018
Appel intersyndical 22 03 2018 pdf.pdf
Document Adobe Acrobat 257.5 KB
Une bataille de niveau historique s’engage : soyons à la hauteur des nécessités de l’heure !
note_22_mars_et_processus_02.18.pdf
Document Adobe Acrobat 85.1 KB
Communiqué intersyndical| 22 mars : grève et manifestations dans la Fonction publique !
cp_intersyndicale_21_02_18.pdf
Document Adobe Acrobat 92.8 KB
Préavis de grève pour le 22 mars 2018
pre_avis_de_gre_ve_cgt-_fp_pour_le_22_ma
Document Adobe Acrobat 178.3 KB

Mouvement social à Orléans Métropole (voir actualités des syndicats 37)

Les agents de la métropole d'Orléans alertent sur les temps de travail et les primes

Le 1er janvier dernier, les agents communaux des 22 villes de l'agglomération ont été transférés à la métropole. Non sans difficultés selon la CGT, qui organisait un mouvement aujourd'hui.

 

 

 

Une petite trentaine de manifestants se sont rassemblés à 13 h 30, ce vendredi 23 février, devant le siège d'Orléans Métropole, à l'appel de la CGT. "C'est une alerte, avant que les négociations commencent sur l'harmonisation du temps de travail et les régimes indemnitaires", précise Yann Bouguennec, agent métropolitain et responsable de la coordination syndicale départementale des services publics CGT. 

 

Depuis le 1er janvier dernier, les employés salariés par les 22 communes de l'agglomération ont été transférés à la métropole. Ils sont rattachés à six pôles territoriaux. "Désormais, les agents sont déplacés d'une commune à l'autre. Cela a des conséquences. Ainsi, les agents de La Chapelle bénéficiaient d'une salle et ils pouvaient apporter leur repas. Désormais, on leur demande de travailler à Saint-Jean-de-la-Ruelle, mais ils n'ont pas de salle pour manger car il y a un restaurant communal. Or pour certains petits salaires c'est trop cher, donc ils mangent dans leur voiture", décrit Yann Bouguennec. 

 

Des horaires et des primes disparates

 

Mais c'est principalement, les horaires et le régime indemnitaire qui posent problème. Chaque commune avait son propre système en terme d'organisation du temps de travail. Tout est encore resté en l'état.

 

"Certains ne travaillaient pas le vendredi après-midi, d'autres travaillent quatre jours par semaine. Personne ne commence à la même heure le matin. Orléans Métropole veut harmoniser tout le monde à 1.607 heures de travail annuel. Certains perdront donc des jours de congés. Le salaire est le même mais les primes (le régime indemnitaire) ne sont pas identiques d'une commune à l'autre. Il peut y avoir 140 euros de différence d'une commune à l'autre. Nous sommes inquiets", complète-t-il, avec Pascale Petit, représentante CGT. Difficile aussi, pour les agents, pour l'instant, de s'y retrouver dans la hiérarchie entre chef de service, chef de pôle. 

 

Des négociations à venir

 

Un comité technique avait lieu cet après-midi, avec les syndicats CGT et CFDT, les directeurs de service et Muriel Sauvegrain, vice-présidente d'Orléans Métropole aux ressources humaines. Elle se dit "à l'écoute de l'inquiétude". Ces questions n''avaient pas été tranchées avant le transfert, "car nous étions dans l'attente des décisions gouvernementales sur les fonctionnaires et nous nous étions mis d'accord avec les autres maires de l'agglo, pour un transfert en l'état". Elle annonce que les négociations sur les temps de travail et le régime indemnitaire débuteront en mars-avril.

 

Parallèlement à cette action, à l'appel de la CGT et aussi de la CFDT, entre
90 et 95 % des animateurs périscolaires de la ville d'Orléans étaient en grève, aujourd'hui. Ils contestent leurs conditions de travail et le manque de nombreux vacataires pour accueillir les enfants dans de bonnes conditions. "On se pose aussi beaucoup de questions sur le retour ou non à la semaine des quatre jours à Orléans", déplore Adeline Leguiser, secrétaire adjointe à la CGT. Muriel Sauvegrain précise qu'elle "comprend les inquiétudes, mais nous avons énormément de problèmes de recrutement. Sur les vacataires recrutés, 56 % ne sont pas venus. Nous allons décider rapidement pour les quatre jours puisque les derniers conseils d'école ont lieu ce soir."

 

 

 

Grève à Tours Métropole : les agents à l’offensive !

La fin du mouvement est votée jeudi 15 février suite aux concessions concédés par la direction !

Tract pour la fin du mouvement
Tract CGT de reprise.pdf
Document Adobe Acrobat 910.2 KB

Chronique d'une victoire syndicale

 

Mercredi 14/2 à 5 h 30 au dépôt centre de la collecte des ordures ménagères, malgré les tentatives d’intimidation dans les médias de l’élu LR chargé du personnel contre les blocages et la menace de faire appel à la police, la grève ne faiblit pas. Mais force est de le constater, si depuis lundi matin le mouvement de grève est bien suivit à la collecte des ordures ménagères et par quelques grévistes provenant de différents services, ailleurs, le mouvement ne grossit pas.

 

Jeudi 15/2 à 10 h, la direction de la Métropole reçoit les représentants du personnel dans le cadre d’une réunion prévue depuis longtemps. L’intersyndicale a donc conçu cette journée comme un temps fort du mouvement avec AG à 9 h au siège de la Métropole afin de peser sur les discussions. A 9 h, il y a 350 grévistes provenant essentiellement de la Métropole mais aussi quelques municipaux. Une camarade de la CGT fait le point au nom de l’inter syndicale et informe que la direction refuse de recevoir une délégation de grévistes en plus des élus du personnel. Il est alors demandé à tous de rester et convenu que les élus du personnel sortiront régulièrement de la réunion afin de faire le point sur l’état des discussions, ce qui s’est fait.

 

Au bout du compte, les élus du personnel ressortent avec de nouvelles concessions de la direction : un engagement que la refonte du régime indemnitaire se traduira par un plus (que nous détaillerons ultérieurement). Et surtout, la direction de la Métropole maintient en l’état le dispositif des congés d’ancienneté qui redevient évolutif. C’est-à-dire que tous les agents en poste actuellement (y compris les stagiaires) et qui n’ont pas les 5 jours maxi continueront d’en acquérir. En revanche toujours le même blocage pour les nouveaux recrutements dont la Métropole dit en gros qu’ « ils seront recrutés en connaissance de cause ».

 

Une longue discussion s’instaure alors dans l’AG : de nombreux grévistes faisant à juste titre remarquer que si la mobilisation a permis d’imposer des reculs appréciables à la Métropole, c’est l’introduction de deux statuts différents dans une même entreprise entre les anciens et les nouveaux embauchés. Quelques grévistes forceront même le tourniquet de l’entrée et envahiront le hall d’accueil du siège pour exprimer leur colère.

 

Finalement l’AG se ressoude et tout en étant conscient des réserves que l’on peut apporter aux concessions de la direction de la Métropole nombreuse sont ceux qui interviennent pour dire qu’ils ne pensaient pas que l’on pourrait la faire reculer à ce point. Un jeune militant CGT propose de mettre en place un comité de suivi des discussions, il rappelle que ce mouvement avait démarré suite à une réunion d’information syndicale et que ce que l’on a sut faire une fois, on pourrait le refaire à tout moment. L’AG vote finalement la suspension du mouvement et l’ambiance est bonne, beaucoup de remerciements aux militants de la CGT ainsi que des promesses de syndicalisation. Au-delà des reculs non négligeables imposés à la direction de la Métropole, le simple fait que la contestation de l’amputation du régime indemnitaire en cas d’arrêt maladie et l’introduction d’un statut différent pour les nouveaux embauchés ait été des points tenant particulièrement à cœur aux grévistes est pour nous très positif et un gage pour les combats à venir .

 

Vive la solidarité ouvrière ! Vive la grève ! Vive la CGT !

 

Tours le samedi 17 février 2018

 

Jeudi 15 devant le siège de la Métropole

Déchèterie La Grange David La Riche

On se réchauffe comme on peut ce matin 13, à Tours Métropole !

Point sur la situation

 

Depuis le transfert de nombreux agents des communes vers la Métropole, les discussions étaient engagées sur l’harmonisation des conditions des agents, notamment en matière de congés liés à l’ancienneté et de primes, où les situations peuvent varier notablement d’une commune à l’autre.

 

 

Bien entendu les autorités de la métropole (Briand à leur tête) visaient à ce que ces situations soient alignées sur les moins favorables. Mais les agents, eux ne l’entendent pas de cette oreille. Ainsi , Jeudi 1er Février, l’heure d’information inter-syndicale (CGT, FO, CFDT, FAPT) prévue au siège de la métropole, qui devait rendre compte des négociations sur ce sujet, a vu affluer au moins 600 agents, bien décidés à ne pas se voir privés des congés et des compléments de salaires( des primes pourraient sauter en cas d’arrêt-maladie par exemple), et votant tous ensemble la grève pour le jeudi suivant, 8 février.

 

 

Entre temps, la Métropole a annoncé quelques concessions : Elle conserve le dispositif actuel des jours d’ancienneté tout en le gelant. C’est-à-dire qu’elle propose que les agents actuellement en poste à la Métropole conservent les jours d’ancienneté à la hauteur de ce qu’ils ont acquis. Mais ceux qui n’ont pas les 5 jours d’ancienneté maximum tout comme les nouveaux embauchés ne peuvent plus en acquérir. Pour reprendre sa propre formulation : « les droits aux jours d’ancienneté seraient ceux constatés en 2018 ».Parallèlement, la Métropole étendrait ce dispositif aux agents déjà transférés à la Métropole en 2017 et à ceux qui vont l’être en 2018 et qui proviennent de communes où ils n’en bénéficient pas, cela toujours à la hauteur de leur ancienneté constatée en 2018.

 

 

Ces premières annonces sont à mettre à l’actif de la mobilisation des agents. Il a par exemple fallu ce mouvement pour que la Métropole étende les jours d’ancienneté aux agents n’en bénéficiant pas, mais c’est pour mieux faire accepter la fin de ce dispositif à plus long terme, car au fur à mesure des départs en retraite, ces mesures entérinent la suppression totale des jours d’ancienneté et renforcent la différence de traitement dans une même entreprise entre les anciens, les moins anciens et les nouveaux embauchés.

 

 

 

C’est la raison pour laquelle les 500 grévistes rassemblés le Jeudi 8 n’acceptent pas d’en rester là. Les interventions des militants CGT qui proposent de ne pas accepter le gel des congés et de profiter du rapport de force établi pour faire entendre les revendications, sont fortement applaudies et l’assemblée vote largement la poursuite de la grève par un vote à main levée. Les grévistes partent alors en manifestation depuis les Deux-Lions (siège de la Métropole), jusqu’à la Place de la Liberté, et conviennent de se retrouver le lendemain à 8h à Jean Jaurès.

 

 

Vendredi matin, la neige recommence à tomber sur la Touraine (les AG se tiennent dehors !), des agents ont été réquisitionnés pour l’alerte rouge, l’AG est donc moins nombreuse (200 environ). La camarade de la CGT présente les propositions de l’intersyndicale qui s’est à nouveau réunie la veille : elle propose, ce qui correspondait aux souhaits exprimés par beaucoup d’agents, que la grève se poursuive, mais qu’elle soit suspendue jusqu’au lundi à 14 h de façon à ne pas perdre la paie du week-end. Mais d’ici là, que chacun devienne un militant de la réussite de la grève, et que tous ceux qui souhaitent participer activement à sa préparation se retrouvent au local syndical après la fin de la manifestation.

 

 

 

Ces propositions largement approuvées, la manifestation, après un sympathique petit détour par la Mairie pour se réchauffer s’est poursuivie vers la préfecture. Et plus d’une vingtaine de grévistes, militants syndicaux et autres se sont retrouvés au local CGT pour élaborer le tract intersyndical et planifier sa distribution partout dès vendredi après-midi puis lundi matin. C’est ainsi que lundi tantôt à 14 h la manifestation à fait un passage appuyé rue Charles Gilles devant l’entreprise Citya dont Briand est PDG.

 

Mardi dès 5 h, organisation de délégations de grévistes dans différents services de la Métropole. Les 3 dépôts du ramassage des ordures ménagères sont très majoritairement en grève et à priori le seront encore demain mercredi.

 

 

Enfin, la Métropole n’en a pas finie avec ses agents car l’appel de l’intersyndicale (CGT, CFDT, FO) à faire du jeudi 15 février une forte journée de mobilisation devrait être très suivie.

 

A suivre…

 

 

Tours le mardi 13 février 2018

 

Nous en sommes là pour l’instant.

 

Tract Métroploe 15 février 2018
TM 15 février.pdf
Document Adobe Acrobat 49.3 KB

Hier, les agents Métropoles Rue Nationale

Appel à la Mobilisation des EGATS pour la Journée du 14 février 2018

Mobiliosation du 14 février
appel_mobilisation_egats_pour_le_14_fevr
Document Adobe Acrobat 128.0 KB

Urgence : Situation des EHPAD. Tous concernés !

Communiqué CGT suite à la mobilisation dans les EHPAD
comm-ephad.pdf
Document Adobe Acrobat 225.5 KB
Action EHPAD 30 janvier tract USD 37
action EHPAD 30 janvier tract USD 37.pdf
Document Adobe Acrobat 740.3 KB
Tract EHPAD intersyndicale 37
Tract EHPAD 30 janvier intersyndicale 37
Document Adobe Acrobat 463.2 KB
Communiqué de presse EPHAD
CGT FDSP 20180110-communiqueecgt-journee
Document Adobe Acrobat 518.0 KB
Communiqué EPHAD intersyndical
cp_commun_14.12.17.pdf
Document Adobe Acrobat 611.0 KB
Préavis 30 janvier 2018
20180105_preavis_de_greve_30_janvier_201
Document Adobe Acrobat 311.1 KB

Loi travail c'est toujours NON : Tous dans la rue le jeudi 16 Novembre 2017 !

Fainéant en marche, le jeudi 16 Novembre 10h

à Tours.

Tract 16 Novembre
Tract 16 novembre 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 704.8 KB
Déclaration unitaire 16 novembre
Déclaration unitaire 16 novembre 2017.p
Document Adobe Acrobat 465.6 KB
Préavis de gréve du 16 au 30 novembre 2017
20171031_preavis_de_greve_16_30_nov_2017
Document Adobe Acrobat 328.9 KB
Tract Fédération des Services Publics CGT
tract_fdsp-10102017.pdf
Document Adobe Acrobat 521.4 KB
Affiche 10 octobre
affiche_10octobre.pdf
Document Adobe Acrobat 5.9 MB
Préavis de gréve 10 octobre 2017 M. Penicaud
preavis_2.pdf
Document Adobe Acrobat 286.7 KB
Préavis de greve 10 octobre 2017 G. Darmanin
20170914_preavis_de_greve_25_09_13_10_20
Document Adobe Acrobat 282.0 KB

 

 

 

LOI TRAVAIL XXL

 

Un véritable succès pour

une mobilisation exigeante

et appelant des suites !

 

 

mardi 12 septembre 2017

 

Avec cette journée d’action, les salariés ont réaffirmé leur exigence pour un droit du travail porteur de justice sociale et de progrès. Ils ont refusé des ordonnances ringardes inspirées par les exigences du Medef depuis des décennies ; exigences qui n’ont jamais éradiqué le chômage et la précarité.
Les 200 manifestations, avec près de 500 000 personnes, sont aussi le reflet de nombreux arrêts de travail dans les entreprises privées comme dans les établissements publics et, bien souvent, ces arrêts de travail ont été lancés à l’appel de plusieurs organisations syndicales.
Les salariés du secteur public étaient, eux aussi, très nombreux dans l’action à partir de leurs propres revendications qui convergent avec celles des salariés du secteur privé.
La jeunesse a également participé en masse à cette première mobilisation. Elle refuse la précarité à vie, les conditions d’étude actuelles et exprime son besoin d’autonomie et d’épanouissement au travail.
Les retraités refusent, entre autres, qu’on leur ponctionne leur maigre pouvoir d’achat à travers l’augmentation de la CSG.
Partout, c’est bien l’urgence de plus de justice sociale qui s’est exprimée et le refus de l’exploitation grâce au renforcement des droits et des garanties collectives. Cela passe aussi par l’amélioration significative des conditions de travail et de véritables augmentations de salaires.
La CGT va poursuivre son travail d’information et de mobilisation de tous les salariés, privés d’emploi et retraités sur les ordonnances « Macron ». Elle portera sa proposition d’un code du travail du 21ème siècle et d’un nouveau statut du travail salarié avec sa sécurité sociale professionnelle.
Elle va tout faire pour unir et élargir le rassemblement du monde du travail avec toutes les organisations syndicales et de jeunesse.
Notre ambition reste de construire des mobilisations encore plus fortes pour s’opposer à toutes les régressions sociales du gouvernement « Macron ».
Dès à présent, la CGT appelle à la mobilisation le 21 septembre prochain, veille du Conseil des ministres sur les ordonnances.

 

Montreuil, le 12 septembre 2017

 

 

 

Déclaration unitaire 21 septembre
De¦üclaration unitaire 21 septembre 2017
Document Adobe Acrobat 408.8 KB
Préavis national 21 septembre à destination de Mr Darmanin
20170914_preavis_de_greve_21_septembre_2
Document Adobe Acrobat 259.1 KB
Préavis national 21 septembre à destination de Mme Penicaud
20170914_preavis_de_greve_21_septembre_2
Document Adobe Acrobat 238.8 KB
Tract fédéral
tract12sept.25072017.pdf
Document Adobe Acrobat 702.7 KB
Tract UD CGT 37 Service Public
tract services publics 12 09 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 174.5 KB
Tract CSD CGT 37 12 septembre
Code du travail-CSD-12-09.pdf
Document Adobe Acrobat 296.3 KB
Tract UD CGT 37
EN GR+êVE LE 12 SEPTEMBRE.pdf
Document Adobe Acrobat 107.4 KB

Explication de texte

Déclaration des organisations syndicales CGT, FO, FSU et solidaires d’Indre & Loire
Déclaration unitaire 12 septembre 2017.
Document Adobe Acrobat 97.4 KB
Analyse des Ordonances Macron
Ordonnances MACRON.pdf
Document Adobe Acrobat 252.9 KB
Tract 4 pages fonction public
4_pages__12_septembre_fonction_publique_
Document Adobe Acrobat 963.4 KB
Loi Travail : Communiqué intersyndical CGT, FO, FSU et SUD Territoriaux
20170831-cp-intersyndical-fpt-cgt-fo-sud
Document Adobe Acrobat 323.5 KB
Préavis CSD du 12 septembre 2017
préavis-csd-12-09-17.pdf
Document Adobe Acrobat 148.3 KB
Préavis national
20170707_preavis_de_greve_12_septembre_2
Document Adobe Acrobat 373.4 KB

 

Déclaration de la CGT

 

Après les élections présidentielles marquées par la présence du FN au second tour, la CGT redit avec force que le monde du travail n’a aucun intérêt à ce que ce parti ait une audience et des élus.

Nous refusons une société basée sur l’exclusion, le rejet et les discriminations. La CGT à contrario, agit pour une société plus juste, solidaire, équitable respectueuse des femmes et des hommes dans toutes leurs diversités. Pas une voix ne doit aller au FN et à l’extrême droite, ils ne sont pas du côté des travailleurs.

 

La CGT Réaffirme que le droit de vote est une conquête démocratique, acquise de hautes luttes dont un trop grand nombre de salariés et de citoyens dans le monde sont privés. Ce droit fondamental, les salariés doivent s’en emparer et le faire vivre.
Comme la CGT l’affirmait avant l’élection présidentielle, elle se prononce encore et toujours pour le progrès social.

 

Cela implique que l’assemblée nationale, soit à même de travailler à transformer les exigences sociales en réalité, par des prolongements législatifs aux luttes, aux mobilisations et aux propositions des salariés et de leurs organisations syndicales.

 

Le président Macron ratisse large pour trouver une légitimité à son élection. Il travaille à marier la carpe et le lapin ! Il n’y aurait plus d’orientations politiques, plus de droite et de gauche, plus de choix possible que celui d’élus « capables » de mener des politiques « agiles » qui libèrent les entreprises.

 

Quid des salariés ?

 

Les richesses sont produites par les salariés, mais sont toujours captées par les capitalistes. Aussi la finance pèse de plus en plus sur les choix politiques. La jeunesse voit son avenir s’assombrir par le chômage de masse et les projets de reculs des conquis sociaux.  

 

LE PROGRAMME DE MACRON PARLONS-EN !    

 

Rien n’est inéluctable, d’autres choix sont possibles.

 

La CGT a des propositions, pour un code du travail digne du 21ème siècle, protecteur de l’intégrité physique et morale des salariés et de leurs droits, des droits et garanties nouveaux pour la jeunesse, les salariés, les retraités et les privés d’emplois, elle est prête à en discuter et négocier.

 

Depuis 2009 et le début de la crise financière les dividendes versés aux actionnaires ne cessent d'augmenter mais on voudrait faire croire à tous ceux qui vivent de leur travail qu’il n’y aurait pas d’argent pour des salaires justes, la formation professionnelle, la retraite par répartition, la reconnaissance des qualifications, les conventions collectives, la pénibilité, la justice prud’homale…

 

La CGT n’a pas de candidat aux élections et chaque salarié est à même de faire un choix pour que ses intérêts soient préservés et améliorés. Ceci dit quels que soient les résultats des élections législatives, les salariés auront à prendre leurs affaires en main et exprimer leurs exigences, leurs revendications et se mobiliser.

 

Les élus au gouvernement et à l’assemblée nationale doivent nous entendre et répondre aux salariés. Le syndicat est leur outil, leur porte-voix, la CGT les appellent à la rejoindre pour faire grandir l’écho de leurs exigences sociales et imposer par leur rassemblement le plus large, de nouvelles conquêtes sociales. Troisième

 

LA CGT appelle à faire de la troisième de juin un temps fort d'initiatives et de mobilisations dans l'ensemble des territoires de

 

LE PROGRAMME DE MACRON PARLONS-EN !
tractmacron-22052017.pdf
Document Adobe Acrobat 221.9 KB
Tract fonction public 21 mars 2017
tract_fp-21mars2017.pdf
Document Adobe Acrobat 204.7 KB
Communiqué des organisations syndicales CGT, FSU et SUD/Solidaires d'Indre et Loire.
Communiqué des organisations syndicales.
Document Adobe Acrobat 287.6 KB
Préavis grève du 21 mars 2017
20170214_preavis_21_mars_17_site_fb.pdf
Document Adobe Acrobat 235.7 KB

Tous en grève le 7 mars pour le Service Public

Tract intersyndical gréve du 7 mars 2017
communique_intersyndical_cgt_fo_fafpt_fs
Document Adobe Acrobat 311.8 KB
ÉLEVONS LE RAPPORT DE FORCE POUR GAGNER SUR NOS REVENDICATIONS
Etes vous satisfait de l'avancée sociale ?
7marstract-ppcr-remunerations-.pdf
Document Adobe Acrobat 393.5 KB
Préavis de grève national du 7 Mars 2017
Tous pour la défense du Service Public !
preavis_7mars2017-1.pdf
Document Adobe Acrobat 283.7 KB

Atsem, Seul la lutte ...

Tract Atsem, les premiéres annonces.
cp_fdsp_cgt_20170213.pdf
Document Adobe Acrobat 391.0 KB

Le Service Public, on a tous besoin !